Présidentielle : « Pour que nous évitions que ce pays entre dans l’affrontement, et pour que nous puissions avoir la limitation de mandat, il faut admettre que Faure Gnassingbé se représente en 2015 » (Fulbert Attisso)

0
620

fulbert-atisso_19oct2013

« Pour que nous évitions que ce pays entre dans l’affrontement, et pour que nous puissions avoir la limitation de mandat, il faut admettre que Faure Gnassingbé se représente en 2015 », a indiqué jeudi matin sur une radio privée Fulbert Attisso, journaliste-écrivain et initiateur de +l’Appel des patriotes+.

 

Cette réaction fait suite aux débats sur la rétroactivité sur la limitation du mandat présidentiel, l’une des dispositions contenues dans le projet de loi introduit en juin dernier par le gouvernement. Ce texte avait été rejeté par les députés du parti au pouvoir (Union pour la République/UNIR), majoritaire au Parlement, faute de « consensus ».

 

Pour l’opposition parlementaire, la nouvelle disposition, une fois adoptée, prendra « effet immédiatement ». Une exigence qui vise le président Faure Gnassingbé élu en 2005 et réélu en 2010. Ce qui n’est pas du goût des députés du parti au pouvoir, qui ont simplement rejeté tout le texte en bloc.

 

Pour l’instant, rien ne l’empêche de se représenter à la présidentielle de 2015, car selon l’article 59 de la constitution : « Le président de la République est élu au suffrage universel direct et secret pour un mandat de 5 ans. Il est rééligible ».

 

« Je vais être franc. Pour que nous évitions que ce pays entre dans l’affrontement, et pour que nous puissions avoir la limitation de mandat, il faut admettre que Faure Gnassingbé se représente en 2015 », a souligné Fulbert Attisso sur radio Victoire Fm.

 

« Mais en revanche, il donne toutes les réformes : deux tours pour le mode de scrutin, on réforme la Cour constitutionnelle, on réforme la CENI (Commission Électorale Nationale Indépendante, chargée d’organiser la présidentielle », a-t-il indiqué.

 

« Cette CENI peut rester en l’état, mais nous pouvons demander aux organisations internationales et au +groupe des cinq+ de nous amener un étranger pour diriger la CENI », a souligné Attisso.

 

Ce dernier est également revenu sur le conclave CST (Collectif Sauvons le Togo) / Arc-en-ciel ayant abouti à la naissance de l’Alliance +Combat pour l’Alternance Politique en 2015 (CAP 2015), avec la désignation de Jean Pierre Fabre pour candidat en 2015. Cette alliance regroupe huit partis politiques, d’autres ayant claqué la porte du conclave.

 

Selon M.Attisso, la désignation de M.Fabre est une « étape qu’il faut approfondir ». « Pour nous, la candidature unique de l’opposition ne peut pas être exclusive, elle doit être inclusive ».

 

« On ne peut pas penser dégager un candidat unique, qui laisse sur le bord de la route, un parti majeur comme le CAR. Ce n’est pas possible, car lors des dernières législatives, ce parti en engrangé 200.000 voix », a-t-il souligné. FIN

 

Edem Etonam EKUE

 

Savoir News

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

15 + = 20