Le retour des propagandistes à la solde de Faure


faure_election

« Allez à contre-courant, n’écoutez pas les voix qui sont nombreuses à faire la propagande de modèles de vie fondés sur l’arrogance et la violence, le succès à tout prix, l’apparence et les possessions matérielles » (Benoît XVI)

A quelques mois de la prochaine élection présidentielle, plusieurs associations dont on a plus entendu depuis la présidentielle de 2010 ont repris du service. Pas de surprise, elles n’ont pas changé de ligne politique. Plus que jamais, elles restent acquises à la cause du Prince. Pour se faire entendre ou pour se faire voir de nouveau, elles sont très actives sur les réseaux sociaux, se sentent obligées d’investir les panneaux publicitaires…

Vaille que vaille, elles tentent à la fois de soigner leur image – pour assurer leur mendicité auprès du pouvoir – et celle du Prince, largement écornée par les turpitudes accumulées tout le long de son second mandat finissant. Elles tentent surtout de vendre cette idée de candidature d’un président dont toute la terre est informée qu’il est « légitimement » disqualifié pour être candidat à la prochaine élection. Une sorte de pression et de « précampagne déplacée et agaçante », au regard de l’enjeu démocratique que portent les prochaines échéances. Faut-il laisser passer Faure en 2015 au risque de le retrouver comme président à vie ? Comment empêcher l’autocrate togolais qui, manifestement, ne penche pas pour l’alternance à la tête du pays ? Bien de Togolais épris de l’idéal démocratique et soucieux d’un avenir politique stable pour leur pays, sont constamment titillés par ces questions qui constituent d’ailleurs un casse-tête chinois pour la classe politique togolaise. Celle-ci n’a pas hésité à s’engager de nouveau dans un dialogue qui, depuis quelques semaines fait son chemin, dans l’idée d’aboutir aux réformes constitutionnelles et institutionnelles avec à la clé l’épineuse question de « la limitation de mandat avec effet immédiat ».

Dans ces conditions, lorsque des bandes de mendiants, en mal de repères, nostalgiques des pires pratiques de gabegies, de bombance infâme, de propagande, de giottisme, etc. de l’ère Eyadéma reviennent polluer « l’atmosphère publicitaire » avec ces types de soutiens à Faure, n’existant que pour justifier et défendre leur faim, il y a péril en la demeure.

Cette pratique en guise de précampagne est courante, connue et surtout surannée. L’on sait comment tout cela est ficelé dans l’entourage direct de Gnassingbé 2e, avec la mise à contribution des « grands journaux internationaux », qui soutiennent ces propagandes de sorte à annoncer les couleurs de l’échéance électorale à venir. Le magazine ‘‘Jeune Afrique’’ publiait, il y a quelques semaines sous ce titre quasiment dithyrambique : « Togo : Faure en pole position pour la présidentielle ? » Que doit-on y comprendre ?

Pour la quiétude du dialogue en cours entre pouvoir et opposition, pour lui accorder toutes les chances d’arriver – pour une fois – à bon port, il serait séant, venant du pouvoir de mettre un terme à ces pratiques. Cela donnera la garantie de sa bonne foi et accordera sans doute l’onction d’une réussite au prochain processus électoral. Sinon c’est encore une fois la négation de l’ouverture démocratique tant chantée. Les chantres de l’anti-démocratie doivent cesser de jouer leur cacophonie.

 
Ivan Xavier Pereira
 
Liberté Togo
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils