Revendications sociales des agents du secteur public Les forces de sécurité ont aussi à y gagner !

0
462

police-togo


Les jeudi 4 et vendredi 5 avril derniers, les travailleurs togolais ont observé un mot d’ordre de grève lancé par le Syndicat des Travailleurs du Togo (STT). Malgré les manœuvres du gouvernement, le mouvement a été suivi à 95% sur l’ensemble du territoire. Ce débrayage a pour objectif de réclamer l’amélioration des conditions de travail et de vie des travailleurs du Togo. Les enseignants et le personnel soignant ont particulièrement respecté le mot d’ordre.

Dans les colonnes de votre journal «L’Alternative» n°224 du vendredi 5 avril 2013, nous vous informions que les forces de sécurité avaient pris d’assaut la morgue du CHU Sylvanus Olympio pour forcer les agents à travailler. Mais ces agents très remontés ont catégoriquement refusé et fait comprendre à ces corps habillés que cette lutte va aussi dans leur intérêt.

Evidemment, cette lutte va aussi dans l’intérêt des agents des forces de sécurité, puisqu’eux aussi sont des travailleurs de la Fonction publique qui devront jouir des conditions de travail et de vie acceptables. Dans un pays normal où l’armée est républicaine, elle prend fait et cause pour des citoyens qui réclament l’amélioration des conditions de vie des populations plutôt que d’être au service d’une minorité qui gaspille les richesses du pays. De ce fait, l’armée républicaine ne réprime pas les marches pacifiques des populations qui ont soif d’alternance, elle ne réprime pas à sang les journalistes qui, les mains nues, luttent pour la liberté d’expression qu’un pouvoir dictatorial tente de restreindre, elle ne tyrannise pas les vendeurs d’essence frelatée, mais plutôt les amène de façon raisonnable à comprendre les dangers que ce commerce peut engendrer sur l’économie du pays, elle ne rackette pas les motocyclistes.

Au Togo, malheureusement, c’est ce triste spectacle que vivent les populations. Ces pauvres populations qui sont régulièrement réprimées par les forces de l’ordre lorsqu’elles réclament le respect de leurs droits, prennent ces dernières comme leurs pires ennemies. Aujourd’hui, n’est-il pas nécessaire que les forces de sécurité aient une autre perception de la population en la traitant avec égard et en soutenant, tous mouvements pacifiques des populations qui militent pour l’amélioration des conditions de travail et de vie des citoyens ? les corps habillés en sortiraient aussi gagnants.

D.M
L’Alternative Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

73 − = 72