Série d’incendies des marchés : Des partisans du CST étaient encore plus nombreux dans les rues de Lomé pour exiger la libération d’Agbéyomé Kodjo

0
467

manif_cst1_19012013
 
Des partisans du Collectif « Sauvons le Togo » (CST) ont battu le pavé samedi dans les rues de Lomé dans le calme, pour exiger la libération d’Agbéyomé Kodjo, interpellé mercredi dernier pour être entendu dans le dossier des incendies qui ont ravagé la semaine dernière, le marché de Kara (nord) et le principal bâtiment du grand marché de Lomé.
 
Gérard Adja, le vice-président du parti de M.Kodjo, l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS, opposition) est également interpellé depuis dimanche dans cette affaire.
 
Partis de Bè Kpota, les manifestants ont sillonné des rues de Lomé, avant d’organiser un meeting à la plage en face de l’Hôtel de la paix.
 
Etaient en tête du cortège, certains leaders politiques et membres du CST dont Jean Pierre Fabre de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Me Raphaël Kpandé-Adzaré et Me Jil-Benoît Afangbédji.
 
Sur des pancartes, on pouvait lire : « A qui profite les incendies dans les grands marchés ? » Le CST fait trembler Faure » ou « Le femmes de la nation togolaise réclament la libération d’Agbéyomé Kodjo ».
 
 » A travers cette marche, nous manifestons pour réitérer toutes les revendications que avons formulé dans la plateforme citoyenne pour un Togo démocratique, mais plus particulièrement nous demandons la libération d’Agbéyomé Kodjo, son vice-président Gérard Adja et Mme Nukafu de l’ANC qui ont été interpellés suite aux incendies des grands marchés de Lomé et de Kara », a déclaré à l’Agence Savoir News Me Raphaël Kpandé-Adzaré, rapporteur du CST.
 
manif_cst2_19012013« Au niveau du CST, nous n’avons aucune intention de détruire tout ce qui a été construit dans ce pays, avant de pouvoir arriver à nos revendications. Nous dénonçons particulièrement tout cet acharnement destiné à décapiter le CST. Nous pensons que les indices sont là. Nous les avons déclinés lors de notre dernière conférence de presse. Il appartient à l’autorité d’emprunter ces indices et de déterminer les vrais auteurs de ces incendies », a-t-il souligné.
 
Rappelons que le gouvernement a qualifié « d’actes criminels », ces incendies et a mis en place une commission composée d’officiers de police et de gendarmerie, placée sous l’autorité du Procureur.
 
Deux experts français en police scientifique séjournent à Lomé ils chercheront à « comprendre les causes » des incendies qui ont ravagé ces deux marchés. FIN
 
En Photo : Des partisans du CST dans les rues de Lomé ce samedi
 
Junior AUREL/ Lambert ATISSO
 
savoirnews

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 16 = 25