Situation sociopolitique au Togo : Après 25 ans, une nouvelle lecture s’impose


addi_500x350


Dr François Kampatibe (photo), conseiller spécial du président de l’Alliance des Démocrates pour un Développement Intégral (ADDI) donne une nouvelle orientation à la lutte politique. Au lieu de continuer par concentrer les énergies pour le changement au sommet, l’on pourrait inverser les choses en commençant par changer à partir de la base.
 
« L’opposition s’est peut-être trompée de cible après 25 ans de lutte. Il aurait fallu peut-être concentrer nos efforts sur la démocratie à la base. Ce faisant, en poussant les choses par le bas, on peut arriver à la tête. Au niveau de la société civile, elle est très éparse. Il y en a qui sont proches de l’opposition, d’autres proches du pouvoir », a remarqué Dr François Kampatibe.
 
Pour y arriver, « les clés des réformes et des locales se trouvent dans la main du pouvoir public, mais la force pour les obtenir se trouve dans la population. Et les tenants de la société civile, et les tenants des partis politiques doivent être ceux qui œuvrent pour que la population se réveille pour arracher la clé qui se trouve dans la main du pouvoir public. Il faut qu’avant les prochaines législatives, on ait au moins les locales », pense-t-il.
 
Ces locales lui paraissent un impératif car « nous sommes en face d’un pouvoir public qui préfère désigner des personnes soit disant des délégations spéciales qui sont absolument non légales parce qu’une délégation spéciale est nommée généralement pour 6 mois en attendant qu’on organise des élections locales. Au Togo, cela dure depuis pratiquement 20 ans. Il est clair que le pouvoir en place a un déni de la démocratie…Les délégations spéciales sont le socle du système de fraudes que le pouvoir met en place. »
 
source : Emergence Togo
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *