Situation tendue au Tribunal de Lomé : Satchivi condamné à 36 mois de prison

0
249


C’est aujourd’hui qu’a lieu le délibéré dans le procès de Folly Satchivi devant le Tribunal de Première Instance de Lomé. Défenseurs des droits de l’Homme, avocats, famille et proches se préparaient pour un procès annoncé pour commencer à 8 heures ce matin. Mais déjà à 7 heures, journalistes, famille et autres ont été surpris par une situation qui continue de laisser tout le monde pantois.
En fait, Folly Satchivi a été emmené très tôt le matin devant le juge. Le procès qui devrait commencer à 8 heures, s’est déroulé presque à huis clos. Le porte-parole du mouvement « En Aucun Cas » a été condamné à 36 mois de prison dont 12 mois de sursis.
Au cours de cette « parodie de procès », les faits ont été requalifiés. Pour le fait de rébellion, Folly Satchivi a été déclaré non coupable. En ce qui concerne l’apologie du crime et trouble aggravé de l’ordre public, il a été reconnu coupable.
Cette condamnation de l’activiste a déclenché la colère de sa mère, présente au palais de la justice, qui a voulu se déshabiller et maudire juges, forces de l’ordre et autres qui sont à la base de ce procès inique, comme le qualifient de nombreuses personnes présentes sur les lieux.
« Mon fils n’a rien fait. Libérez-le ! Le Togo est un beau pays, mais vous (Ndlr, Juges) le couvrez de honte par vos décisions de justice. Pourquoi vous condamnez mon fils ? Qu’est-ce qu’il a fait ? Vous êtes maudits à jamais, la colère de Dieu descendra sur vous pour ce que vous nous faites subir dans ce pays… », a lancé la maman de Satchivi en larmes.
Les avocats, quant à eux, regrettent ce procès et la « lourde peine » infligée à leur client. « Je suis déçu par la justice togolaise. Lorsque le juge dit que le délit de rébellion n’est pas constitué, on est d’accord avec lui. Mais tout porte à croire que ce délit est un tremplin pour condamner Folly Satchivi à d’autres fins. On nous a dit qu’il faisait des conférences de presse, il disait des choses qui fâchaient le régime. Donc on a trouvé les moyens pour l’interpeller et lui coller des infractions. Malheureusement c’est à travers la justice que le politique arrive à ses fins, c’est-à-dire à régler des comptes à ses adversaires », a regretté Me Célestin Agbogan.
Pour ce dernier, le Parquet n’a pas été en mesure de rapporter les preuves de son accusation lors du procès. « Malheureusement, il est condamné à 36 mois de prison. Nous regrettons cela. De toutes les façons, nous avons les voies de recours. Le juge est venu rendre sa décision, nous n’avons pas la quintessence de ses motifs. Nous n’avons pas encore la copie du jugement pour savoir comment il a motivé la décision. Nous aviserons », a ajouté Me Agbogan.
Il faut noter que très tôt ce matin, le palais de la justice a été pris d’assaut par les éléments des forces de l’ordre lourdement armés. Les issues donnant au Tribunal ont été bouclées.

source : icilome


I.K

Laisser un commentaire