Togo : 3 questions d’AndrĂ© Kangni Afanou qui mĂ©ritent rĂ©ponse

0
230


Autrefois trÚs prolifique sur la situation politique de son pays mais désormais contraint au devoir de silence à cause de ses nouvelles charges, André Kangni Afanou se pose des questions auxquelles il ne trouve des réponses convaincantes.
Parti du constat selon lequel le mandat des Ă©lus locaux a pris fin au Togo depuis plus de 25 ans et Ă  la place de qui des ‘dĂ©lĂ©gations spĂ©ciales’ ont Ă©tĂ© nommĂ©es depuis plus de 20 ans, sans que leur lĂ©gitimitĂ© ne soit jamais remise en cause, l’ancien secrĂ©taire exĂ©cutif du Collectif des associations contre l’impunitĂ© au Togo (CACIT) se demande pourquoi on se presse Ă  organiser des lĂ©gislatives.
Sur sa page Facebook, le directeur du Bureau Afrique de l’ouest et du centre de l’ONG suisse, Centre pour les droits civils et politiques (CCPR-centre) se demande pourquoi il faut forcĂ©ment organiser les Ă©lections lĂ©gislatives le 20 dĂ©cembre 2018 alors que tout le monde reconnaĂźt qu’il faut que des rĂ©formes en profondeur soient opĂ©rĂ©es auparavant.
« Si on reconnaĂźt que le pays est en crise, que cette crise a eu, ces derniĂšres annĂ©es, de graves consĂ©quences sur l’Ă©conomie du pays, que cette crise peut ĂȘtre rĂ©solue en donnant la parole au peuple, pourquoi ne pas crĂ©er les conditions pour que, pour une fois, les instances censĂ©es donner cette parole au peuple, soient recomposĂ©es et que leur indĂ©pendance ne fasse plus l’objet d’aucun doute? », demande-t-il.
Le dĂ©fenseur des droits de l’homme qui dit voir en cette façon de procĂ©der des ‘solutions Ă©phĂ©mĂšres’ qui feront rebondir la crise, cite entre autre la Cour constitutionnelle et la Commission Ă©lectorale nationale indĂ©pendante (CENI) qui doivent selon lui ĂȘtre recomposĂ©es.
« Que Dieu nous aide Ă  avoir l’Ă©nergie pour convaincre les extrĂ©mistes de tous bords que ce dont le pays a besoin, c’est de solutions vĂ©ritablement durables », souligne-t-il.
AndrĂ© Kangni Afanou prie pour que les Togolais qui siĂšgent dans les institutions ‘indĂ©pendantes’ acceptent Ă©ventuellement de partir pour que d’autres, inspirant plus confiance, viennent sortir vraiment le Togo de la crise.
 
Global actu
 

Laisser un commentaire