Accueil Rubriques+ CHRONIQUES Togo : 3 questions d’André Kangni Afanou qui méritent réponse

Togo : 3 questions d’André Kangni Afanou qui méritent réponse

- Advertisement -


Autrefois très prolifique sur la situation politique de son pays mais désormais contraint au devoir de silence à cause de ses nouvelles charges, André Kangni Afanou se pose des questions auxquelles il ne trouve des réponses convaincantes.
Parti du constat selon lequel le mandat des élus locaux a pris fin au Togo depuis plus de 25 ans et à la place de qui des ‘délégations spéciales’ ont été nommées depuis plus de 20 ans, sans que leur légitimité ne soit jamais remise en cause, l’ancien secrétaire exécutif du Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT) se demande pourquoi on se presse à organiser des législatives.
Sur sa page Facebook, le directeur du Bureau Afrique de l’ouest et du centre de l’ONG suisse, Centre pour les droits civils et politiques (CCPR-centre) se demande pourquoi il faut forcément organiser les élections législatives le 20 décembre 2018 alors que tout le monde reconnaît qu’il faut que des réformes en profondeur soient opérées auparavant.
« Si on reconnaît que le pays est en crise, que cette crise a eu, ces dernières années, de graves conséquences sur l’économie du pays, que cette crise peut être résolue en donnant la parole au peuple, pourquoi ne pas créer les conditions pour que, pour une fois, les instances censées donner cette parole au peuple, soient recomposées et que leur indépendance ne fasse plus l’objet d’aucun doute? », demande-t-il.
Le défenseur des droits de l’homme qui dit voir en cette façon de procéder des ‘solutions éphémères’ qui feront rebondir la crise, cite entre autre la Cour constitutionnelle et la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui doivent selon lui être recomposées.
« Que Dieu nous aide à avoir l’énergie pour convaincre les extrémistes de tous bords que ce dont le pays a besoin, c’est de solutions véritablement durables », souligne-t-il.
André Kangni Afanou prie pour que les Togolais qui siègent dans les institutions ‘indépendantes’ acceptent éventuellement de partir pour que d’autres, inspirant plus confiance, viennent sortir vraiment le Togo de la crise.
 
Global actu
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 25 = 28

LES + LUS

Togo : Complot National Contre Le PNP

La réunion hebdomadaire du PNP du samedi 17 août 2019 a été dispersée illégalement par les militaires du régime Faure/RPT-UNIR...

Togo : A Tabligbo, l’Enfer, c’est Scantogo, le Néo Colon, c’est Éric Goulignac !

Le DG du CIMTOGO, Eric Goulignac (centre) | Photo : Cimtogo L’exploitation des mines au Togo...

Une affectation suspecte à Kpalimé comme nouvel épisode dans l´acharnement du pouvoir sur le PNP

Yacoubou A. Moutawakilou à la réunion hebdomadaire du PNP du 24 mars 2019 à Kpalimé | Photo : DR/ST

Deux braqueurs appréhendés par la police.

photo@archives Dans la nuit du samedi 17 à dimanche 18 août dernier, deux (02) braqueurs ont été appréhendés...

Restriction des libertés publiques : Le régime de Faure Gnassingbé dans une panique générale, selon Atchadam

Depuis l’exil, le premier responsable du Parti national panafricain (PNP), Tikpi Atchadam s’est prononcé sur la nouvelle...