Le Togo des Gnassingbé y est indifférent et nage à contre-courant de ce mouvement démocratique


eyadema_faure


Tout autour du Togo, les pays enregistrent de notables avancées démocratiques, le Togo des Gnassingbé y est indifférent et nage à contre-courant de ce mouvement démocratique. Au Burkina Faso, l’élection présidentielle était claire avec des résultats acceptés par tous et même assortis de félicitations adressées par les vaincus aux vainqueurs. Idem au Bénin où Lionel Zinsou a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle face à l’homme d’affaires Patrice Talon.
 
Le Premier ministre sortant n’a pas attendu l’annonce des résultats officiels pour reconnaître la victoire de l’homme d’affaires. « Les résultats provisoires font apparaître une victoire très nette de Patrice Talon. L’écart est significatif, la victoire électorale de M. Talon est certaine », a déclaré Lionel Zinsou. Avant de féliciter son adversaire. «J’ai appelé Patrice Talon ce soir pour le féliciter de sa victoire, lui souhaiter bonne chance et me mettre à sa disposition pour la préparation des dossiers de transition. J’ai eu une conversation cordiale avec lui », a-t-il ajouté. Un scrutin exemplaire qui témoigne à n’en point douter de la vitalité et de la maturité de la démocratie béninoise.
 
Que dire de notre pays ? Grisée par les avantages et la jouissance du pouvoir, la minorité qui a pris en otage le Togo et les Togolais depuis un demi-siècle et qui a fait main basse sur toutes les richesses du pays, ne compte pour rien au monde lâcher du lest. Un régime qui s’est inscrit dans une logique de confiscation absolue du pouvoir par tous les moyens. On n’en veut pour preuve que le découpage inique et biaisé fait des communes du Togo dans le cadre de la décentralisation et de l’organisation des élections locales.
 
Cela fait une trentaine d’années que le Togo n’a pas réalisé la décentralisation de ses institutions locales et continue à faire gérer ses communes et ses préfectures en toute opacité, par des délégations spéciales non élues. Or ces élections locales sont primordiales en ce sens qu’elles permettent de consolider les avancées démocratiques au Togo. « Les élections locales permettront de renouveler les représentants de nos collectivités locales et de favoriser ainsi une plus grande proximité et une meilleure prise en compte des besoins des citoyens », déclarait Sélom Klassou lors de la présentation de son programme de gouvernement devant les députés.
 
Pour la première fois que le pouvoir envisage de réaliser la décentralisation comme prescrite dans la Constitution togolaise, il veut passer par des voies tortueuses, comme à son habitude, pour s’offrir la majorité des communes. Comme ce fut pour les élections législatives. Comme quoi, au Togo, on n’organise pas les élections pour les perdre.
 
Dans un document confidentiel de la feuille de route sur la décentralisation et des élections locales tenu secret par le gouvernement mais révélé sur la place publique, on découvre les disparités flagrantes et abominables dans le découpage des communes. Par exemple, à la préfecture de Blitta qui compte 137.658 habitants, est attribuée 6 communes. Le même nombre de communes est octroyé à la préfecture du Golfe avec 1.570.283 habitants. Au même moment sept (07) communes ont été concédées à la préfecture de l’Oti qui a 190.543 habitants. On peut multiplier les exemples à loisir.
 
A travers ce découpage vicié, Faure Gnassingbé et les siens démontrent qu’ils ne sont pas prêts à quitter le pouvoir. En tout cas, pas à travers les urnes.
 
Source :Togo Liberté
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils