Togo : Le Cdt. Amah et Abass Kaboua transférés à l’intérieur du pays

0
585
abass_olivier-amah

 

Tout indique que le pouvoir s’inscrit dans une logique d’humiliation d’adversaires politiques à travers une justice instrumentalisée.
 
« Abass Kaboua a été menotté, trainé par terre en malmené » a confié à KOACI.COM un proche de l’administration pénitentiaire. Selon la même source, ce sont des militaires de la Force d’Intervention Rapide (FIR), qui ont débarqué en fin d’après midi, pour ainsi l’amener manu militari. Selon une source proche de la justice, le président du Mouvement des Républicains Centristes (MRC) a été transféré à la prison civile de Notsè. Le Doyen des Juges d’Instruction aurait pris une ordonnance en ce sens. Certains estiment que la décision du juge est venue bien plus tard pour confirmer la forfaiture.
 
Déféré ce matin même du mercredi 29 mai à la prison civile de Lomé, le président du MRC est accusé d’avoir enfreint à son obligation de réserve ordonnée par le juge, dans l’affaire des incendies dans laquelle il est inculpé et placé sous contrôle judiciaire. L’opposant avait nonobstant cette mesure judiciaire, cité lors d’un meeting du Collectif « Sauvons le Togo », les noms de proches du Chef de l’Etat, notamment le Col Félix Katangha (Chef d’Etat Major de l’Armée de Terre), Ingrid Awadé (D.G des Impôts) comme étant des commanditaires des incendies des marchés de Kara et Lomé.
 
Pendant ce temps, Me Kpanté-Adzaré Raphaël annonçait que le juge Atcholi également a ordonné le transfèrement de l’ancien Commandant de Gendarmerie Olivier Poko Amah, à la prison de Mango. Radié de l’armée dans l’affaire d’atteinte à la sureté de l’Etat, l’ancien patron des services de renseignements de la Gendarmerie avait lancé dans plusieurs médias, un appel à une neutralité de l’armée dont les officiers devraient inciter le Président de la République à ouvrir un dialogue avec l’opposition.
 
Accusé d’appeler l’armée à se détourner de sa mission, le Cdt Olivier Amah a été écouté lundi dans la matinée par le Cap. Akapo du Service de Renseignement et d’Investigation (SRI) de la
Président de l’Association des Victimes de la Torture au Togo (ASSVITO) le Cdt Olivier Amah milite ouvertement au sein du CST en faveur de l’alternance politique. Très apprécié au sein de la Gendarmerie, l’ancien officier qui dénonce l’injustice qui a consisté à l’impliquer dans cette rocambolesque affaire et à le soumettre à la torture, fait un travail de sensibilisation à l’endroit des forces de sécurité, afin qu’elles se montrent plus professionnels et refusent les ordres illégales. Il dénonce également les conditions de travail des hommes habillés.
 
« Ce traitement qui leur est fait traduit une volonté d’humilier des acteurs gênant à travers des actes humiliants et dégradants pourtant proscrits par tous les instruments relatifs aux droits humains », a déploré Maurice Gagnon, défenseur des droits de l’homme.
 
source : koaci
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

6 + 1 =