Togo : Le dossier des incendies des marchés fait encore des vagues

0
344

agbeyome-kodjo_m_500
 
A peine les résultats partiels provisoires proclamés par la Céni à l’issue des élections législatives, que des responsables de l’opposition se trouvent en difficulté du fait de l’affaire des incendies.
 
Le dimanche 28 juillet au soir, les passagers à la frontière de Sanvee Condji ont assisté médusés à une scène. Déjà considéré contre une victime de la stratégie de persécution de l’opposition reprochée au pouvoir de Faure Gnassingbé, l’ancien Premier ministre Agbéyomé Kodjo a été empêché par la police, de traverser la frontière. Par ailleurs président de la formation politique dénommée Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (Obuts), M. Kodjo a indiqué qu’il se rendait à Cotonou, où il devrait donner une conférence ce lundi, 29 juillet dans la matinée.
 
« Un officier de police m’a indiqué que j’étais sous inculpation dans l’affaire des incendies et que je ne pouvais pas traverser la frontière sans une autorisation du juge », a expliqué à koaci.com, Agbéyomé Kodjo qui avait la rejeté « catégoriquement » la veille, les résultats des élections législatives de la circonscription de Yoto, le donnant perdant. L’ancien Premier ministre estime que cela est un « scandale », parce que les discussions qui ont eu lieu à la veille de la tenue des élections législatives ont réglé le problème. Contacté par un confrère, le Ministre de l’Administration territoriale Gilbert Bawara, a affirmé que ce n’est pas le cas. « C’est une affaire judiciaire et seul le juge peut en toute liberté prendre les décisions qui conviennent », a indiqué le Ministre qui a participé aux discussions au nom du Gouvernement.
 
Ainsi empêché de se rendre à Cotonou, pour dit-il aller donner une conférence, Agbéyomé Kodjo a saisi l’ancien président de la Commission Vérité, Justice, Réconciliation (CVJR). Mgr, Nicodème Barrigah a servi de facilitateur lors des discussions. Il aurait promis de régler le problème, selon le président de l’Obuts, formation politique membre du Collectif « Sauvons le Togo », arrivé second avec 19 sièges selon les résultats de la Commission présidée par Mme Angèle Dola Aguigah. Des résultats partiels contestés par le Cst qui devrait rendre public dans les heures qui viennent, les résultats issus de la compilation des résultats sur la base des procès verbaux ramenés par ses délégués dans les bureaux de vote.
 
Déjà le samedi 27 juillet, des éléments de la gendarmerie nationale ont mis la main sur Manti Kwami. L’ancien député de l’Alliance nationale de changement (Anc) avait réussi à se mettre à l’abri depuis 7 mois. Accusé d’avoir financé certains jeunes aux fins d’incendier certains marchés périphériques dans de la capitale, ce dans la foulées des incendies des marchés de Kara et Lomé, l’ancien député a été interpelé tout comme une dame qui serait son parent.
 
Une situation qui n’est pas sans raviver la tension qui prévaut déjà avec la contestation des résultats par certains opposants.
 
koaci
 
 

Laisser un commentaire