Togo « : Les réformes constitutionnelles seront réalisées et elles le seront de préférence par voie parlementaire », précise le ministre Gilbert Bawara

image_pdfimage_print


Le gouvernement sort de son silence et se prononce sur le procès qui lui est fait d’avoir laissé la Commission électorale nationale indépendante (CENI) annoncé la tenue d’un référendum pour le 16 décembre prochain et de tenter d’empêcher la réalisation des réformes constitutionnelles par voie parlementaire.

C’est par la voix de son porte-parole, le ministre de la Fonction publique, du travail et de la réforme administrative, Gilbert Bawara que le gouvernement vient de donner des précisions sur ce qu’il en est réellement et rassurer l’opinion sur sa bonne foi à appliquer les recommandations contenues dans la feuille de route de la CEDEAO.

« Il ne sert à rien de continuer à entretenir des polémiques et des débats stériles sur des sujets qui n’en sont pas un », a déclaré le ministre Gilbert Bawara, dans une interview accordée mercredi 19 septembre 2018, à l’Agence de presse Savoirnews.

Pour le gouvernement, la feuille de route, les décisions et recommandations de la CEDEAO seront appliquées et mises en œuvre de manière globale et intégrale, et non de manière sélective aussi bien sur le fond que sur la forme, a-t-il tenu à préciser dans cette interview.

« De manière spécifique, les réformes constitutionnelles seront réalisées et elles le seront de préférence par voie parlementaire comme cela a été préconisé par les chefs d’État et de gouvernement lors du sommet du 31 juillet dernier », a-t-il dit.

Et pour marquer cet engagement, le ministre a annoncé l’adoption dans les prochains jours par le gouvernement et l’envoi d’un « projet de révision constitutionnelle » devant l’Assemblée Nationale, ceci avec l’aide et l’assistance de l’expert en droit constitutionnel de la CEDEAO qui arrive.

Il s’agira d’opérer les réformes tout en respectant à la lettre le processus préconisé par l’organisation sous-régionale.

« Dans les prochains jours, le gouvernement adoptera et soumettra à l’Assemblée nationale un projet de révision constitutionnelle. Cela ouvrira la voie au débat démocratique au sein de la représentation nationale, et nous espérons que l’esprit de responsabilité prévaudra afin que cette réforme soit votée et adoptée par les députés. Le référendum constitue une option ultime qui n’aura de pertinence et de sens qu’en cas de blocage ou d’échec du débat et du vote à l’Assemblée nationale », a laissé entendre Gilbert Bawara.

C’est sans doute en s’appuyant sur la feuille de route de la CEDEAO que la CENI a adopté un chronogramme global des élections, en y incluant l’éventualité d’un référendum, a-t-il défendu. « Du reste, les élections locales ne font pas partie de la feuille de route, mais la concrétisation de la décentralisation est attendue par tous les bords politiques et par nos concitoyens et nos partenaires extérieurs », a-t-il souligné.

Raphaël A.
 
afreepress
 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*