Togo : un autre plan pour faire « Gwéta » aux réformes !

« Le référendum pose davantage de problèmes qu’il n’en résout » – Dominique Rousseau

 
C’est une lapalissade. Faure Gnassingbé n’a jamais adhéré aux principes démocratiques et son seul souci est de rester au pouvoir et de se ménager une présidence à vie comme son géniteur.
 

Caricature : Donisen Donald / Liberté
Caricature : Donisen Donald / Liberté


Depuis 11 ans qu’il est parvenu au pouvoir, il a toujours usé des manœuvres dilatoires pour repousser sans cesse les réformes constitutionnelles et institutionnelles, gages d’un Togo démocratique et prospère. Les accords issus des différents dialogues initiés sous l’autorité de Faure Gnassingbé n’ont jamais été respectés. De même, les différentes initiatives entreprises pour permettre la mise en œuvre des réformes, ont été sabordées par ses soins.
 
Face à l’impasse politique, il a jugé utile de créer à la suite de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) qui a pourtant circonscrit dans son rapport, en des termes clairs, la question des réformes constitutionnelles et institutionnelles, le Haut-commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN). Cette structure a organisé il y a trois semaines, un atelier national de cinq jours pour réfléchir sur les réformes politiques et institutionnelles. Une commission composée essentiellement des « universitaires », selon la volonté de Faure Gnassingbé, devrait être mise en place pour accoucher les réformes.
 
Alors que les Togolais attendent avec impatience cette nouvelle commission pour enfin opérer les réformes, les missi dominici de Faure Gnassingbé ont cru devoir suggérer l’idée d’un référendum pour aller à la 5è République. « Il y a trop de désordre dans la politique actuelle. L’histoire n’est plus ce qu’elle doit être. On ne peut léguer une telle histoire politique à la postérité. Donc il faut procéder par un référendum pour entrer dans une nouvelle République et puis mettre fin à ce désordre », a dardé le président du groupe parlementaire UNIR, Christophe Tchao.
 
Depuis cinquante ans, c’est le régime RPT/UNIR qui tient les rênes du pouvoir et domine la vie politique togolaise. Alors qui crée le désordre dans le pays ? Christophe Tchao pourrait bien dire aux Togolais ceux qui foutent le bordel dans le pays.
 
Au Togo, on sait que la volonté des gouvernants vaut bien une loi. Alors il faut craindre que dans les officines du pouvoir, on ne peaufine déjà cette stratégie. L’idée du référendum est une escroquerie politique qui ne trompe personne, si ce n’est Faure Gnassingbé lui-même et ses affidés qui rêvent, avec cette manœuvre, de rester ad vitam aeternam au pouvoir.
 
Il est vrai que le référendum est une forme d’expression directe de la démocratie, le principe même du suffrage direct. C’est même l’outil le plus démocratique de tous. D’une part, il s’agit de la manière la plus directe de se prononcer, et donc de connaître la volonté du peuple.
 
Malheureusement, au Togo, nous ne sommes pas dans une démocratie, mais bien dans une dictature brute où toutes les élections organisées depuis 50 ans sont systématiquement fraudées au profit du parti au pouvoir. Dans ces conditions à quoi aurait servi un référendum où les résultats seraient plus ou moins fraudés à l’avance ?
 
Source : Médard Amétépé, Liberté