Togo : Présidentielle de 2015, « Faure Gnassingbé disqualifié », selon Jean-Pierre Fabre

0
648

jpf_faure

De retour d’une tournée en Europe, Jean-Pierre Fabre a fait un détour par la plage à l’occasion de la traditionnelle marche hebdomadaire du Collectif Sauvons le Togo (CST). Le président de l’ANC en a profité pour intimer à Faure Gnassingbé, ce qu’il devrait faire en 2015.

 

Alors que le pouvoir entretient l’impasse sur le calendrier des réformes institutionnelles et constitutionnelles attendues par les Togolais et les partenaires, le leader de l’Alliance National de Changement (ANC) Jean-Pierre Fabre a choisi de donner sa position sur une éventuelle candidature de Faure Gnassingbé à l’élection présidentielle de 2015. C’est lors du meeting apothéose de la marche hebdomadaire du CST le samedi 25 janvier 2014 à la plage. Pour celui dont la candidature à cette échéance relève pour lui et ses partisans d’un ordre naturel, Faure Gnassingbé est lui disqualifié pour cette élection.

 

« La limitation du mandat présidentiel n’est plus une question juridique mais une question politique et d’éthique », a martelé l’ancien lieutenant de Gilchrist Olympio. Pour le leader de l’opposition togolaise, la question relèverait également d’un enjeu au plan de la « réconciliation nationale ». Une éventuelle candidature de Faure Gnassingbé pour la présidentielle de 2015, serait symptomatique du « peu d’importance » que le fils du Gal Gnassingbé Eyadéma, accorderait à la réconciliation nationale. Successeur de son géniteur qui a passé 37 ans sans partage au pouvoir, Faure Gnassingbé boucle son deuxième quinquennat consécutif au pouvoir en 2015.

 

Depuis le tripatouillage constitutionnel de 2003, le verrou de la limitation du mandat présidentiel a été sauté dans la Constitution votée en octobre 1993. Le retour à la limitation du mandat présidentiel à un mandat de cinq ans renouvelable semble un acquis dans la perspective de la réforme constitutionnelle attendue. Selon certains, cette limitation devrait avoir un effet immédiat, ce que rejettent les partisans de Faure Gnassingbé qui brandissent le principe de la « non rétroactivité de la loi ». On est encore loin de ce débat, quand dans ce contexte de hausse contestée des prix de produits pétroliers, Jean-Pierre Fabre lance un message qui a tout pour être inaudible, surtout qu’il est accompagné de l’exigence de la libération des prisonniers politiques ainsi que l’impératif de l’organisation des élections locales.

 

Toujours est-il que ce débat reviendra à un moment où un autre. Mais visiblement, dans un contexte de cacophonie au niveau de l’opposition et de précarité sociale induite par les conséquences des incendies des marchés ainsi que la récente hausse des prix des produits pétroliers avec sa répercussion sur les prix des produits de première nécessité, il en faut plus pour secouer le cocotier et imposer ce débat au pouvoir, à un peu plus d’une année de la capitale échéance électorale.

 
koaci
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

83 − = 77