Voici comment le Togo entend s’autosuffir en viandes et en exporter

0
1005

autosiffisance


Le besoin du Togo en viande est estimé à plus de 70 mille tonnes par an mais la production nationale ne couvre qu’entre 30 et 40 mille tonnes. Ce qui oblige le Togo à importer de la viande du Niger, du Burkina Faso et du Bénin. En 2010, les importations de viandes et abats avaient coûté 4,94 milliards de FCFA. Pour couvrir le besoin national et mettre à l’importation qui revient très chère, le gouvernement a entrepris de soutenir le secteur de l’élevage des animaux à cycles court tels que les ovins, les caprins et les volailles.
Pour ce faire, le gouvernement a obtenu de la Banque Mondiale, un financement dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de soutien au secteur agricole (PASA) et a entamé la récapitulation de petits ruminants et des volailles pour réduire l’insuffisance des mâles et promouvoir l’augmentation de la productivité des animaux grâce à l’amélioration de l’accès aux géniteurs mâles à fort potentiel génétique. Dans le cas des ovins et des caprins, il s’agit de récapituler le cheptel villageois avec 5000 géniteurs performants pour améliorer la productivité des animaux.
 
C’est dans ce sens que le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Ouro-Koura Agadazi a procédé samedi à la distribution des géniteurs améliorés de la première tranche à des éleveurs sélectionnés dans la localité d’Agbélouvé (85 km de Lomé).
 
« Le Togo présente un besoin de 70 mille tonnes de viande mais le pays n’arrive qu’à produire entre 30 et 40 mille tonnes. C’est pour combler le gap que le gouvernement a mis en place le projet PASA pour relancer la production animale au niveau national. Dans le cadre qui a été défini, il est question de développer un certain nombre d’activités depuis la production jusqu’à l’amélioration de l’Etat sanitaire de manière à garantir une croissance dans la filière animale », a expliqué Ouro-Koura Agadazi.
 
Le ministre a ainsi lancé officiellement l’opération de la distribution de 570 géniteurs d’ici la fin de l’année 2014. Mais il convient de dire que la première tranche de distribution concerne 280 géniteurs à raison de 250 ovins et 30 caprins.
 
La nouvelle opération de distribution est la 2e phase du projet de distribution de géniteurs sur l’ensemble du territoire national. En 2013, le ministère a distribué 570 géniteurs améliorés dont des ovins et des caprins. Le ministre a expliqué que l’ambition du gouvernement est d’annuler le déficit et de placer le Togo parmi les pays exportateurs de viande dans la sous-région d’ici dix ans.
 
Au Togo, l’élevage est la seconde source de revenu des populations agricole et représente 16,4% du PIB agricole et 6,73% au PIB national.
 
Togo Breaking News
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 3 = 1