Yark et Gnofam font un retour au contrôle routier

yark-gnofam

Entre le 1er janvier et le 30 septembre 2013, la police et la gendarmerie ont dénombré 4295 accidents de circulation faisant 516 morts et 6345 blessés.

Pour diagnostiquer les causes de ce fléau qui constitue pour les autorités togolaises «une préoccupation majeure et un défi », les acteurs impliqués dans le secteur des transports se sont réunis jeudi en journée de réflexion et de sensibilisation sur les accidents de la route au Togo.

Les ministres de la sécurité et de la protection civile, Yark Damehane, des transports et des travaux publics, Ninsao Gnofam ont tour à tour pris la parole à l’ouverture de cette rencontre pour proposer des pistes et solutions pouvant permettre de réduire sensiblement ce bilan « tristement édifiant » des accidents de route.

«Face à cette situation préoccupante, les forces de l’ordre et de sécurité seront déployées sur les axes routiers pour faire du port de casque par tous les conducteurs d’engins à deux roues et l’interdiction d’utiliser le téléphone au volant, une obligation », a annoncé M. Gnofam.

Entre autres solutions, l’application du règlement 14 de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) au contrôle du poids des engins lourds. «Si les postes péages seront équipés de portiques des pèses à l’essieu, les forces de l’ordre et de sécurité seront dotées de pèse à l’essieu mobile », a-t-il ajouté.

Avant la fin de cette année, le gouvernement compte mettre en application la loi relative à la réglementation de la circulation en prenant des règlements. Pour le ministre de la sécurité et de la protection civile, « un mort de plus sur nos routes, est un mort de trop ».

Et pour arriver à éradiquer ce mal, le gouvernement a décidé de maîtriser progressivement les accidents pour en limiter les effets et les conséquences « incalculables ». Cette rencontre de Lomé ouvre la voie à des journées de conscientisation et de sensibilisation des usagers dans tous les chefs-lieux de préfecture sur toute l’étendue du territoire, notamment à Tsévié, Sokodé, Kara et Dapaong.

Telli K.

afreepress
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *